Géopolitique liée aux sous-marins

GEOPOLITIQUE DES SOUS-MARINS

 

Depuis une cinquantaine d’années, les sous-marins sont devenus un instrument très important de la puissance militaire des états. Le nombre total des sous-marins s’établit à environ 400 batiments. On distingue parmi eux :

-les sous-marins conventionnels (SMC), non nucléaires.

-les sous-marins nucléaires d’attaques (SNA) qui utilisent l’énergie nucléaire comme moyen de propulsion.

-les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE), à propulsion nucléaire et destinés à la dissuasion militaire.

En général, les sous-marins, sont construits par les grandes puissances (USA  , Russie, France, Grande-Bretagne, Chine). Mais un nombre croissant de pays ont acquis des sous-marins et un savoir-faire dans leur construction. Actuellement, 44 pays posséderaient des sous-marins.

Ceci pose le problème de la prolifération des armes nucléaires et des risques de conflits qui en résultent sur la planète.

Les principaux constructeurs de sous-marins sont des pays européens (Allemagne , Russie, France ). Ces états vendent des sous-marins à des clients situés en Asie, en Amérique du Sud. A titre d’exemple, les principaux clients de la France sont le Pakistan et l’Inde.

Les enjeux économiques de la vente des sous-marins sont considérables. Le cout de ces équipements est très élevé et la concurrence est très développée entre les pays constructeurs qui veulent gagner de nouveaux marchés. Les ventes donnent parfois lieu à de la corruption dans de nombreux pays. Ainsi, l’opinion publique française a été sensibilisée à ce problème par l’attentat de Karachi qui a eu lieu en mai 2002 et qui a couté la vie à des ingénieurs et techniciens français qui construisaient un sous-marin agosta en Inde.

Pour séduire de nouveaux clients, les pays constructeurs acceptent désormais de vendre leur technologie et de former des ingénieurs locaux qui dirigeront plus tard la construction de nouveaux batiments dans leur propre pays.

Des pays comme la Corée du Sud, l’Inde ou le Brésil disposent aujourd’hui des capacités nécessaires pour construire eux-memes leurs propres sous-marins.

Sur le plan géopolitique, la prolifération incontrolée des sous-marins et le transfert des technologies sophistiquées permettant de les construire, créent une situation périlleuse dans les relations internationales. Il y a en effet un risque croissant que des états ennemis, parfois dirigés par des dictateurs, s’affrontent en utilisant des sous-marins nucléaires. Par exemple, on peut redouter un affrontement entre l’Inde et le Pakistan qui sont 2 pays voisins et des ennemis irréductibles.

De nombreux états redoutent que l’Iran devienne une puissance nucléaire disposant des moyens nécessaires pour attaquer un pays comme Israel, dont elle nie l’existence. Pour l’instant, l’Iran ne possède que des sous-marins de poche d’origine nord-coréenne.

Il faut cependant nuancer ce risque en soulignant que la propulsion nucléaire des sous-marins n’est maitrisée que par les 5 puissances nucléaires militaires. Elle permet aux sous-marins de disposer d’une autonomie totale, d’une discrétion remarquable et d’une vitesse inégalée.

Pendant la période 1955-2002, il a été construit 468 sous-marins à propulsion nucléaire.

Sur le plan militaire, les grandes puissances sont celles qui possèdent le plus de sous-marins, notamment nucléaires. Les Etats-Unis ont un arsenal de 18 SNLE et 51 SNA alors que la Russie ne peut aligner que 10 SNLE et 1 SNA.

En Europe Occidentale, la France (4 SNLE et 6 SNA) et la Grande-Bretagne (4 SNLE et 7 SNA) se situent sensiblement au meme niveau.

Pays connaissant un développement économique exceptionnel, la Chine ne possèderait aujourd’hui que 3 SNLE et 6 SNA.

En conclusion, on assiste dans le monde à une inquiétante course aux sous-marins qui se traduit par une prolifération de ces matériels utilisés majoritairement à des fins militaires. Cette course aux armements qui s’accompagne d’importants transferts de technologies pourrait menacer à terme la paix dans le monde car elle est susceptible de multiplier les conflits régionaux et d’amplifier leurs conséquences.

La seule solution pour éviter une telle évolution serait de créer une autorité internationale de contrôle qui encadrerait les ventes et l’utilisation des sous-marins qui jouent un role majeur sur le plan géopolitique.  

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site